Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 85 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
  Imprimer le sujet

J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
Auteur Message
MessagePosté: Dim 06 Avr 2014 19:46 
Hors ligne
Micistre de la Pince
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 04 Avr 2009 21:50
Messages: 6958
Localisation: Doubs, en haut à droite...
"Zèbre", "cheval à rayure", sont des images qui ont tendance à être plus souvent adoptées pour faire référence à un enfant intellectuellement précoce, haut-potentiel, surdoué...
Cette recherche de "nouvelle image" à faire valoir aux yeux de la société est révélatrice d'un véritable problème :
Non, les "surdoués" ne se la pètent pas avec leur "score" planant autour de 130, mais...
Oui, c'est souvent la raison d'une véritable souffrance qu'on est à des lieues de pouvoir imaginer.

Ils représentent 2,3% de la population scolaire.
- un tiers d'entre eux se montre brillant et réussit tout avec bonheur,
- un autre tiers subit l'effet pygmalion négatif et finit par inhiber ses potentialités, se fond dans le groupe moyen et n'est la plupart du temps pas détecté.
- pour le tiers restant, c'est le décrochage et l'échec scolaire qui les guette après quelques premières années plutôt prometteuses. Beaucoup de souffrances aussi.

Mon Zunior, que certains d'entre vous connaissent bien, fait partie de cette dernière catégorie de zèbres.

Quand il avait 5 ans, un jour il m'a dit "maman, la vie c'est vraiment trop dur".
Ça m'avait fait un véritable choc... Une lucidité que je ne pouvais pas comprendre dans la bouche d'un petit de cet âge.
Aujourd'hui il a 14 ans et je mesure seulement pourquoi et ô combien c'était vrai.

L'échec scolaire et la souffrance chez les zèbres.

A travers un résumé de sa vie (d'écolier et de collégien), j'espère pouvoir vous éclairer, parents d'enfants paradoxalement en souffrances scolaire et personnelle, malgré la certitude qu'il ont "tout pour être brillants et heureux".

Le "résumé" prendra l'allure d'un roman, désolée pas possible de faire plus court (plus long, ce n'aurait pas été un problème).

_________________
Image


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Dim 06 Avr 2014 19:55 
Hors ligne
Micistre de la Pince
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 04 Avr 2009 21:50
Messages: 6958
Localisation: Doubs, en haut à droite...
Mon "zèbre" a 14 ans, il est en 3e, avec un an d'avance, mais paradoxalement en situation de décrochage scolaire préoccupante... et de plus en plus mal dans ce monde...

L'école a toujours été un calvaire pour lui, une source d'ennui profond...
Dès la maternelle, il me disait que l'école ne servait à rien et qu'il préférait apprendre tout seul.
Il a effectivement parlé couramment très tôt, appris à compter dans le même temps, puis à lire et calculer en autodidacte tout aussi précocement.

Il a sauté le CP et évolué sans difficulté apparente jusqu'au CM.
Ses points faibles : l'écriture, l'expression écrite ou orale (on lui demandait de développer, ce qu'il est incapable de faire) et la justification d'un résultat mathématique tombé brut sur sa feuille (incapable aussi de justifier)...
Ses points forts : les maths (sans devoir justifier), la langue française (sans devoir développer), sa grande culture générale, ses centres d'intérêt particuliers, une grande finesse humoristique et il est un interlocuteur agréable et brillant... quand on a remporté son adhésion !
Ses défauts : lenteur, rêverie, maladresse...
Ses handicaps sociaux : souvent isolé, bouc émissaire ou tête de turc, hypersensibilité, quelques fois soupçonné d'autisme.

Les difficultés sont apparues au CM, pour plusieurs raisons dont les principales étaient l'ennui, le travail, et la maîtresse.
Au travers de tout ça, le peu d'intérêt des cours proposés, la répétitivité inutile de leçons ou d'exercices, la profonde injustice de la maîtresse et ses "punitions à la con" sans fin...
La maîtresse étant ma collègue, un dialogue entre adultes pédagogues aurait pu s'instaurer... ce fut un dialogue de sourdes, et c'était inadmissible que je prenne la défense de mon fils face aux exigences de l'école (les siennes).
Je lui demandais particulièrement d'abroger les "punitions à la con" (punitions à rallonge pour des broutilles) qui n'avaient aucune vertu pédagogique et que de toute façon mon zèbre refusait de faire. Une rafale d'exigences dénuées de sens ou de fondement, de railleries ou de sanctions, qui n'avaient pour vertu que de renforcer son point de vue très lucide sur l'autoritarisme tout puissant et l'injustice, mais aussi de le plonger dans la spirale dévastatrice de la dévalorisation et la mésestime de soi.

Je ne vous raconte pas tout, mais là a commencé la maltraitance.
Étiqueté fainéant, rebelle à toute autorité (arbitraire je précise), arrogant (qui ne baissait pas les yeux quand on lui hurlait dessus pendant 10 mn !), impertinent (qui ose reprendre l'enseignant sur une inexactitude, ou simplement défendre une opinion ou une injustice) et même menteur...
Je le défendais comme je pouvais, ressentant fort bien ce qui "clochait" dans son comportement non-scolaire, réclamant un peu de répit, un peu plus d'attention bienveillante, mais sans pouvoir mettre les mots justes dessus. Je n'ai jamais été crédible...

Mon zèbre est passé en 6e en traînant un bon cortège de casseroles...
Bon, de toute façon, avec ou sans casseroles ça n'aurait pas changé grand chose à la suite...
Ses résultats se sont mis à chuter, son intérêt un instant remonté par l'espoir de nouveauté, s'est mué en apathie et résignation dès la fin de la première période. Il s'est replié sur lui-même.
La proposition de redoublement de la 6e a vite été abandonnée par ceux qui l'avaient prononcée, parce qu'ils avaient compris face à la détermination du gamin, que "non, il ne travaillerait pas plus en redoublant". Ses capacités évidentes allaient peut-être le sauver de la catastrophe scolaire ? Mais il fallait qu'il travaille !
Cette année-là, j'ai aussi mesuré la grande importance de la dimension de l'humain... L'année s'est bien déroulée avec les rares profs qui ont porté un regard positif sur lui, catastrophiquement avec les autoritaristes psychorigides...

Mais autre chose s'est révélé aussi : le harcèlement.
Outre le regard négatif porté par certains profs, mon zèbre a aussi subi les sarcasmes de certains de ses pairs, et pire encore, celui d'adultes. Un pion en particulier, qui a nié avoir proféré des insultes discriminatoires à son encontre. Bien sûr, c'est l'adulte bourreau qu'on a cru, pas la victime... (on est en train de revivre à peu près la même chose, mais là, ça ne va pas se passer pareil, je vous l'assure !)

L'unique solution que j'aie trouvée à ce moment là, a été de le changer de collège.
Enfin ! Une année de répit en 5e, même si ses résultats scolaires ne s'amélioraient pas significativement. Inexplicablement en dents de scie, quelle que soit la matière et d'une semaine à l'autre. Moins bonnes cependant si ça ne collait pas avec le prof, même si c'était sa matière de prédilection... Capacités évidentes, pertinence et connaissances remarquables, mais résultats toujours trop justes...
Seulement, à l'entrée en 3e, un autre paramètre est entré en jeu : la rentabilité !
L'image du collège (privé), qui se targue d'avoir les meilleurs résultats du département au brevet des collèges, risquait d'être un peu écornée par un point perdu au pourcentage de réussite... On l'a compris par un ultimatum posé lors d'une réunion avec le staff du collège à l'issue de la 4e : Il se met à bosser tout de suite ou on le vire. Malgré de gros efforts fournis par mon zèbre pour "bosser" (je sais maintenant que c'est une notion qui n'a en fait pas de sens pour eux), personne n'a voulu s'en rendre compte et il a effectivement été viré sans ménagement et dans des conditions particulièrement honteuses, la semaine précédant les vacances de Noël.
Déscolarisé pas vraiment dans les règles (sans conseil de discipline), il ne pouvait pas être re-scolarisé ailleurs. Eux, ils s'en foutaient, ils étaient débarrassés d'un élément gênant, et allaient pouvoir célébrer tranquillement leur "pastorale de Noël" (j'adore relire de temps en temps leur grand projet éducatif basé sur "l'épanouissement personnel de l'enfant, l'ouverture à l'autre et la tolérance"... amen !)
Oups, j'allais oublier le déclencheur de l'éviction brutale de mon zèbre du collège privé : le pion (encore un !) lui a donné une punition pour un chahut en récré. Chahut imaginaire puisque mon gamin ne faisait que discuter avec un groupe de copains qui pouvait témoigner. Cherchant à protester, il a été insulté par le pion et menacé de sanction doublée. Mon fils s'est tu mais n'a évidemment pas rendu la punition... sur ce je reçois un bulletin de colle pour "comportement inadapté". Ne travaillant pas ce jour-là, je me rends au collège pour avoir des explications, et on me présente au surveillant. J'ai juste vu son visage se changer en grimace de furie. A ma demande d'éclaircissement sur le motif de la colle, il m'a hurlé que c'était écrit sur le papier. (Oui bien sûr monsieur... et votre comportement inadapté à vous... non ? je lui ai pas dit hein !). Devant mon insistance il m'a envoyée vers la directrice en hurlant et gesticulant comme un fou.
La dirlo : Oui, je comprends... mon surveillant est psycho-rigide. j'avais cru bien faire en l'embauchant, de lui demander de donner un tour de vis aux ados pas toujours faciles. Bien sûr ce n'est pas le cas de votre fils. Vous vous opposez à ce qu'il fasse cette heure de colle injustifiée ? Ne vous inquiétez pas,je vais voir ça avec mon surveillant, ça va s'arranger...
Le soir j'annonce donc cet espoir de clôture de punition à mon gamin. Le lendemain, complètement prostré en sortant du bus, il me dit que je lui ai menti ! La dirlo lui a braillé dans les oreilles qu'elle faisait entièrement confiance en son pion, que les adultes avaient toujours raison, que les élèves n'avaient pas à contester et qu'il serait puni et que de tout façon il allait se faire virer, qu'on en avait marre de lui !
Impossible d'aller au collège le lundi... appel téléphonique mielleux de la dirlo : "ses copains disent qu'il n'est pas au collège aujourd'hui parce qu'il a été exclu. Je vous assure que ce n'est pas vrai."
Euh... bon, il viendra demain, mardi. Pas de souci particulier ce jour, personne ne l'a interpellé sur les incidents passés.
Jeudi soir, son père m'appelle :
"Bon qu'est ce qu'on fait maintenant ?"
- Comment ça "qu'est-ce qu'on fait" ?
- Ben il est viré !" (re-amen)
Très douloureuse période, consultation d'un psy, déscolarisation, incertitudes et doutes...

Mon zèbre a été re-scolarisé par l'académie, dans le collège qu'on avait fui un peu plus de deux ans plus tôt...
J'ai craint des "représailles" de la part de certains profs. Je n'avais pas vraiment tort... "Ah, tu étais dans le privé et tu reviens... tu as 14 en anglais ? je suis sûr que tu ne les mérites pas parce que dans le privé on est surnoté !" Et la suite... pfff ! J'ai dû me fâcher !
N'empêche que mon gamin ayant un niveau d'anglais insoupçonné par ceux qui ne veulent pas le voir, souffle toutes les réponses au prof quand une expression ou un mot lui fait défaut... maintenant il lui demande quand même directement avant de vérifier dans le dico ! et c'est juste ! et toc !

Et voilà que mi-janvier, un événement extraordinaire est survenu, qui allait nous faire faire un grand virage à 180° et mettre la lumière au milieu de nos circonvolutions éteintes...
Dans le cadre professionnel, j'ai assisté à une conférence sur les EIP.
Enfants Intellectuellement Précoces.

Et là, pendant deux heures j'ai découvert mon gamin en souffrance ! Tout ce que présentaient les intervenants étaient un portrait fidèle de mon fils, à l'exception des troubles hyperactifs. Sa souffrance scolaire portait enfin un nom et pouvait être résumée par "pensée en arborescence" (merci...)
Un mode de pensée différent, un autre monde, complètement paradoxal.
Pour les comprendre, il faudrait essayer d'arrêter de penser linéairement comme on le fait majoritairement. Leur cerveau ne s'arrête jamais (enfin si, mon zèbre me dit avoir des moments de déconnexion, mais alors là c'est même pas la peine de le solliciter, il est "vide". Il appelle ça "sa flemme". c'est en général le moment où il prend une ronflée au collège parce qu'il ne suit pas).

Quand on pose un sujet, les zèbres l'ont analysé d'emblée et sont déjà partis bien au-delà par association d'idées. Le résultat le plus flagrant (mais on ne le sais pas si on ne connaît pas cet état) est qu'ils ne peuvent même pas répondre à une consigne simple ou implicite... ils ont déjà perdu de vue le sujet initial et ne savent pas y répondre (en gros "le résultat le plus évident ne peut pas être ce qu'on me demande", alors zou, la machine à penser cherche une solution ailleurs et se perd dans un monde lointain...). L'implicite n'est pas à leur portée.
C'est souvent la cause de conclusions décalées de la part des enseignants : il est peut-être déficient, il faudrait le faire tester...

Pendant l'heure restante de la conférence, j'ai enfin eu des pistes pour espérer "le sortir de là". A vrai dire pour lui "apprendre à penser comme nous" ! Comprendre et adopter notre méthodologie pour justifier un tout.
Alors qu'eux ne peuvent percevoir que le tout, résultat d'une analyse multiple et simultanée d'une situation par leur cerveau. Pour schématiser, l'analyse fine a été tellement rapide que son cheminement (complexe) n'a pas eu le temps de passer par leur conscience : le résultat est déjà là.
In fine, pour que les zèbres puissent avoir accès à notre méthodologie, il faut d'abord qu'on puisse avoir conscience de leur fonctionnement différent, ensuite qu'on leur donne la possibilité de descendre cet escalier au-dessus duquel ils se sont retrouvés sans avoir à en gravir les degrés (comme nous l'avons fait pour arriver bien plus laborieusement au même résultat).

Bref, j'allais maintenant pouvoir justifier mes demandes intuitives de prise en compte de sa spécificité d'EIP (sur laquelle je n'avais jamais osé mettre de mot jusque là). Pour ça, il fallait que je le fasse tester, en espérant qu'il soit bien EIP, sinon tout s'écroulerait.
Oui, il est bien EIP... et il faut maintenant réussir faire écrouler les grandes certitudes pédagogiques !

Le travail à l'envers est long à mettre en place.
Il ne peut cependant se faire que si l'équipe éducative est partie prenante.
C'est le combat que je suis en train de mener aujourd'hui au collège... et c'est loin d'être gagné.
"Oui, c'est très intéressant ce que vous venez de nous dire, mais on ne peut rien faire. Il y a 27 élèves dans sa classe et on est en avril..."

Jeudi dernier, justificatifs officiels à l'appui, je leur demandais "juste" (oui je sais, j'exagère) de faire l'effort de changer leur regard (négatif) sur lui pour un peu plus de bienveillance. De mettre un autre nom sur ses rêveries et savoir à quoi correspondent ses décrochages ponctuels, de ne pas considérer son attitude comme arrogante et de ne pas le sanctionner pour ce qu'ils croient percevoir... D'accepter qu'il ne fasse pas les répétitions sans fin d'exercices de maths parce que pour les zèbres un seul suffit (la répétition de quelque chose de connu est impossible pour eux et ils déconnectent), d'arrêter les "punitions à la con", de lui permettre de regarder plus loin dans le livre de sciences (c'est comme ça qu'il faisait en une semaine l'intégralité de son livre d'exercices en anglais)... Je sais, c'est pas facile à accepter de la part d'un prof, pas non plus facilement justifiable aux yeux des autres élèves. C'est en fait ce que je leur avais déjà demandé intuitivement à plus petite échelle le jour de la réunion pour sa re-scolarisation... "mais c'est complètement impensable madame !"

Le bulletin que je venais de recevoir le matin même de cette réunion de suivi, témoignait que rien n'avait changé dans leur regard malgré les documents institutionnels simples et clairs que j'avais mis à leur disposition trois semaines auparavant pour les sensibiliser.
Le prof principal (présent à la réunion de jeudi donc), "bêtement linéaire", ne semble pas du tout disposé à entendre ni à modifier quoi que ce soit, mis à part qu'il a supprimé sa "punition à la con" bien à contre coeur.
La principale, plus à l'écoute, a suggéré un ppre que je qualifierais d'inutile : "un engagement à s'assurer une fois par jour que la consigne est bien comprise". Pour qui la consigne, je n'en sais rien... J'attends le document pour voir.

Je rappelle qu'il y a des circulaires ministérielles qui encadrent le problème des EIP. Malheureusement il n'existe aucune politique de formation sérieuse pour ça dans l'EN. J'ai eu la chance de bénéficier de 3 heures d'information dans le premier degré. Mes collègues en ayant également profité, celle de CM qui a eu mon zèbre est venue me voir pour me demander s'il n'en faisait pas partie... ah, enfin !

Au collège, trois mois après sa réintégration, il subit toujours les hurlements et sarcasmes de certains profs (les mêmes qu'en 6e à une exception près, qui a compris d'elle même qu'il était EIP) et les "punitions à la con" injustifiées.
Exemple, si d'aventure (alors qu'il aurait plutôt tendance à se faire oublier) il discute pendant un cours avec son voisin, lui se prend deux heures de colle (par le prof d'anglais frustré !) et pas le copain. Et ces heures, il doit les faire en retenue après les cours, alors qu'il est d'usage dans ce collège de les faire faire pendant les heures d'étude pour les DP qui ont un car à prendre pour rentrer chez eux. Abus et abus de pouvoir, c'est pas la première fois. Là aussi je me suis fâchée.
Harcèlement donc... ce n'est plus le pion de l'année de 6e qui profère des insultes discriminatoires, mais un autre agent technique du collège... Ah ben non "il nie avoir dit ça"... ça vous étonne vous, que la parole de l'adulte ne soit jamais remise en question et que ce soit l'enfant qui passe systématiquement pour un menteur ? Et ils n'ont même pas honte ! Là, ils sont aussi en train de m'entendre... (je reste polie et courtoise et je formule mes phrases au mieux pour qu'ils ne se sentent pas trop agressés) et par la même occasion je dénonce le harcèlement discriminatoire quotidien subi de la part des certains de ses camarades.

Une dernière chose : les zèbres sont dotés d'une hypersensibilité, d'une intensité qu'on ne peut soupçonner. La moindre remarque négative prend des proportions inimaginables et ils sont blessés profondément pour une remarque qui, nous aurait déjà heurtés si ça nous avait été adressé. Ils sont hélas, comme je l'ai dit plus haut, souvent victimes de harcèlements en tout genre et toutes ces attaques contre leur personne sont autant de blessures sérieuses.
Mon gamin est actuellement en train de sombrer dans une nouvelle période dépressive alors qu'un peu d'espoir illuminait son visage depuis l'annonce de sa particularité de fonctionnement cérébral (enfin il allait pouvoir être compris).
Un exemple qui pourrait vous paraître ridiculement disproportionné :
Vendredi il n'a pas mangé à la cantine. Il y était cependant bien attablé avec les autres. Il y avait des frites. Ses copains de tablée lui ont rappelé qu'un jour en 6e ils s'étaient tous servis avant lui et lui avaient tendu le plat vide (c'était courant, alors qu'il n'était pas placé à la fin du sens de circulation du plat sur la table, et mes plaintes répétées au collège n'avaient jamais été prises en compte). Généreusement, ils lui avaient donné une frite chacun en riant bien de la blague. Trois ans après, alors qu'il avait une portion raisonnable devant lui, il n'a pas pu en manger une seule au seul souvenir de cette humiliation.

Insulté, raillé, harcelé, tête de turc et bouc émissaire... c'est le lot de beaucoup de zèbres. Le massacre des zèbres hypersensibles...

Malgré la longueur de cet exposé, je n'ai pas tout développé et j'ai certainement oublié des points tout aussi importants ce ceux dont je viens de vous faire part...

Il y a une infinité de profils possibles chez les EIP, et si la lecture de cette tranche de vie de Zunior vous interpelle et que vous y reconnaissez un peu de votre propre enfant, parlez-en, discutons ici, afin d'essayer éviter tant d'incompréhension et de souffrances inutiles.

Si la suspicion est forte, n'hésitez pas à les faire tester (6 / 7 ans me paraît être la bonne fourchette, après le mal sera plus difficile à panser) dès que possible chez un professionnel sérieux (gare aux charlatans). Vous serez au moins fixés et pourrez peut-être éviter un douloureux chemin de croix à votre enfant.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Dim 06 Avr 2014 21:44 
Hors ligne
Ordre du Hibou
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven 30 Oct 2009 01:22
Messages: 1375
Bonsoir Eustache (et la bise à ton zèbre... s'il veut bien ! :-) )
Je suis bien placée pour savoir que l'école, même ouverte et accueillante pour les différences, n'a pas forcément les moyens de vraiment aider ces gamins-là.
Alors nous avons dans le coin une psy super pour ce genre de zèbre-là, qui les aide vraiment bien à comprendre eux-mêmes comment ils fonctionnent et leur permet de vraiment aller mieux... Je ne sais pas si vous avez ça vers chez vous ? Je peux, si tu veux, t'envoyer son nom, pour savoir si elle fait partie d'un réseau, et s'il existe vers chez vous quelqu'un qui pourrait aider Zunior.
Bises et courage
:biz:

_________________
Pour écrire au journal : ciste point thematique point blog arobase gmail point com
Lady Domisoleil « œil d’arpège » Duchesse de Bonnefamille, représentante des clans Rowe, McGowan et O'Malley.


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Dim 06 Avr 2014 23:06 
Hors ligne
Micistre de la Pince
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 04 Avr 2009 21:50
Messages: 6958
Localisation: Doubs, en haut à droite...
Merci Domi :flowers:

Bah, non, dans mon coin il n'y a pas de spécialiste pour ces enfants, à part le groupe de travail académique (les intervenants de la conférence : une prof de lettres modernes, une "madame le proviseur" de lycée technique et le médecin référent académique) que j'ai contactés après avoir eu le résultat des tests et qui m'ont donné les premières pistes. Il m'ont orientée vers le référent ASH (adaptation scolaire et scolarisation des enfants handicapés) de l'académie, qui a aussi la charge des EIP.

Il y a un mois, le COP du collège voulait orienter mon gamin en menuiserie ébénisterie, alors qu'il ne sait même pas par quelle extrémité prendre un outil de mon atelier (je suis bricoleuse) !
Je me dis quand même qu'il faudrait que je prenne rendez-vous avec lui pour lui parler des zèbres. Il ne doit pas savoir ce que c'est non plus malgré sa fonction de psychologue...

Le psychologue clinicien qui a testé mon gamin est chercheur et vrai spécialiste des tests Wisc. Mais s'il connaît son sujet sur le bout des doigts, et les grandes lignes définissant les enfants à haut potentiel, il n'en connait pas les "circonvolutions" si l'on peut dire. Je sais cependant qu'il peut être d'un grand secours pour mon gamin en cas de besoin de suivi (ce que je souhaiterais, car je sens le jeune zèbre quelque peu déprimé).

:biz: aussi ! ;)

_________________
Image


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Lun 07 Avr 2014 11:40 
Hors ligne
Prétendant à l'Ordre de la Pie
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 15 Mar 2014 20:49
Messages: 175
Je comprend qu'on ai pu penser a de l'autisme, on retrouve dans ton récit un peu du Syndrôme d'Asperger...
Sur certains point j'ai l'impression que tu parles de mon fils
C'est fou de devoir se battre comme ça pour la scolarité de nos enfants "différents" qui ne rentre pas dans le moule des petits soldats de l’éducation...
Bon courage!!!!
Moi je me prépare psychologiquement a la réunion de tout a l'heure (dans 1h)


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Lun 07 Avr 2014 12:16 
Hors ligne
Micistre de la Pince
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 04 Avr 2009 21:50
Messages: 6958
Localisation: Doubs, en haut à droite...
stefygab a écrit:
Je comprend qu'on ai pu penser a de l'autisme, on retrouve dans ton récit un peu du Syndrôme d'Asperger...
Sur certains point j'ai l'impression que tu parles de mon fils
Oui, et je pense que c'est en partie pour ça que votre histoire m'a touchée... Les différentes vidéos m'ont permis de comprendre certaines choses en transposant ce qui pouvait l'être sur mon gamin. ;)
stefygab a écrit:
Moi je me prépare psychologiquement a la réunion de tout a l'heure (dans 1h)
Bon courage ! ;)

_________________
Image


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Lun 07 Avr 2014 15:02 
Hors ligne
Prétendant à l'Ordre de la Pie
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 15 Mar 2014 20:49
Messages: 175
Eustache a écrit:
stefygab a écrit:
Je comprend qu'on ai pu penser a de l'autisme, on retrouve dans ton récit un peu du Syndrôme d'Asperger...
Sur certains point j'ai l'impression que tu parles de mon fils
Oui, et je pense que c'est en partie pour ça que votre histoire m'a touchée... Les différentes vidéos m'ont permis de comprendre certaines choses en transposant ce qui pouvait l'être sur mon gamin. ;)
stefygab a écrit:
Moi je me prépare psychologiquement a la réunion de tout a l'heure (dans 1h)
Bon courage ! ;)


Ca c'est plutôt mal passé, en plus le référent scolaire était pas là donc c'était plus une réunion qu'une équipe éducative.
Je suis perdue....


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Mar 08 Avr 2014 14:48 
Hors ligne
Membre Majeur de l'Ordre de la Pie
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 22 Avr 2013 17:04
Messages: 907
Localisation: Manche, Seine-Maritime, Var et Réunion
Coucou Eustache,

Bravo.
Bravo tout d'abord pour la richesse de ton texte, tout en émotion.

Bravo également de mettre un coup de projo sur ces zozios !
Le fait de faire tester son enfant est souvent perçu par "les autres" comme un moyen pour le parent de se mettre en valeur :pfff:
Or, le diagnostic est primordial : avoir conscience de la différence de l'enfant pour essayer de lui apporter des solutions ou idéalement, dans le cas d'un dépistage précoce, de prévenir les écueils qui seront plus ou moins nombreux.

Avoir une intelligence "hors normes" n'est pas un cadeau, être EPI n'est pas synonyme de bonheur systématique ni de réussite.
Ton texte montre avec justesse cet aspect peu connu et qui mérite de l'être :one:

_________________
Image


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Mar 08 Avr 2014 16:31 
Hors ligne
Membre Majeur de l'Ordre de la Pie
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 22 Avr 2013 17:04
Messages: 907
Localisation: Manche, Seine-Maritime, Var et Réunion
Voici le lien de l'AFEP, très utile.
Le plus de cette association, c'est la possibilité de s'entretenir au téléphone avec des bénévoles :D
En bref :
Citation:
Que fait l’AFEP pour aider les familles et ses adhérents ?
Ø Des permanences téléphoniques, des réunions fréquentes d’information, des entretiens individuels
Ø Constitution d’un carnet d’adresses de spécialistes : pédiatres, psychiatres, psychologues, orthophonistes, graphothérapeutes, psychomotriciens, etc…
Ø Médiation avec les enseignants
Ø Communication d'informations locales sur les collèges où l'AFEP a fait de la formation
Ø Groupes de paroles avec les psychologues
Ø Groupes de communication avec des consultants
Ø Aide aux parents pour la constitution de dossier pour les commissions d'APPEL
Ø Publication de la Lettre-Infos régulièrement et de la Lettre-Infos Jeunes avec envoi aux adhérents


Je te/vous laisse fouiller.

http://www.afep.asso.fr/

_________________
Image


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Mar 08 Avr 2014 17:12 
Hors ligne
Micistre de la Pince
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 04 Avr 2009 21:50
Messages: 6958
Localisation: Doubs, en haut à droite...
Merci Sémélé ! :one: :flowers:

_________________
Image


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Mar 08 Avr 2014 21:03 
Hors ligne
Membre Impérial de l'Ordre de la Pie
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 12 Avr 2009 12:26
Messages: 2917
Eustache a écrit:
Oui, il est bien EIP...
Ce que tu écris ne me surprend pas.
Le fait que ton zèbre soit EIP m'avait déjà traversé l'esprit.

J'espère que vous trouverez des solutions pour améliorer cette situation douloureuse.

Bon courage.
"spe_pasfrevin" :smack:


Dernière édition par mcjm le Mer 09 Avr 2014 09:23, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Mer 09 Avr 2014 01:02 
Hors ligne
Haut Membre de l'Ordre de la Pie
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 04 Avr 2009 15:58
Messages: 1033
Je trouve cela lamentable de la part des enseignants.

Je n'étais pas une surdouée, mais même n'étant pas allée en maternelle, je suis arrivée en CP en sachant lire, écrire et compter car une voisine institutrice m'avait appris dès l'âge de 4 ans. Et je me suis terriblement ennuyée pendant ma 1ère année d'école (à l'époque on ne faisait pas "sauter" une classe aux enfants), et j'ai aussi eu des punitions parce que soit-disant je distrayais les autres élèves, alors que je les aidais à lire.
La maîtresse ne me supportait pas..... Elle n'avait rien à m'apprendre ! Et en plus je ne restais pas à l'étude du soir ( qui permettait un revenu aux instits qui assuraient la garde) J'avais des zéros de conduite (moi qui étais, et suis encore, si timide). Mes parents ne comprennaient pas pourquoi. Et bien malgré tout, je suis "rentrée dans le moule", discrète, effacée et je le suis encore. C'est assez frustrant par moment

Je comprends parfaitement ton problème. Mon fils (pas classé surdoué) a eu ce genre de problème quand nous sommes arrivés dans le sud et que mes enfants venaient d'une école privée ET parisienne. Déjà que nous les adultes ne comprenions pas toujours les propos des personnes qui nous entouraient (accent oblige), la maîtresse de mon fils m'a fait venir pour me dire que mon fils était nul en ortographe ! Mais comment écrire "maman" quand on entend "minming", comment écrire "maintenant" quand on entend "mintenin"?
J'ai eu le tort de dire à cette femme que c'était l'accent qui le pertubait et elle l'a "saquer". A 40 ans il s'en souvient encore!!!!!

_________________
Image Image Image


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Jeu 17 Avr 2014 15:48 
Hors ligne
Ordre du Hibou
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 05 Avr 2009 21:55
Messages: 2154
Localisation: 63000
Bonjour Eustache,
je compatis et ayant vécu quelques difficultés avec mon zèbre, je comprends. Par contre, je ne veux pas donner de conseil car:
1) ce serait présomptueux
2) chaque cas est unique
je peux juste dire avec mon expérience que l'association d'intervention de professionnels : éducateur spécialisé, psychologue, centre spécialisé et j'en oublie, qui soient patients, motivés et concernés ou investis peuvent aider associés à une rupture avec le contexte genre changer de collège mais sans informer l'équipe enseignante car cela crée une stigmatisation de l'enfant.
Mon fils est un zèbre du premier tiers mais impur, il a été bridé ce qui lui a évité de rejoindre le 3eme tiers en échec.
Dés la maternelle, son potentiel a été remarqué mais associé à un comportement de refus de l'échec et par la suite, une souffrance qui a amené de la violence envers les adultes car son hypersensibilité lui faisait ressentir lourdement les injustices des punitions des instit et les brimades de ses camarades. Cela a dégéné fortement en CM1 avec la maitresse de CM2 qui intervenait en seconde langue. Je passe les détails mais il a fallu en arriver là pour qu'enfin, une équipe de spécialiste s'occupe vraiment de lui car les précédentes n'avaient pas assurer pour diverses raisons dont la maladie et le manque de remplaçant. Il a fallu changer d'école aussi.
J'ai également déménagé car cela avait été la rupture avec le papa, il y avait donc aussi un contexte familial négatif et j'ai lutté pour que mon fils retrouve un bon équilibre. Je lui ai fait faire de l'aïkido sur les conseils de l'inspecteur d'académie et cela lui a été très profitable pour canaliser son énergie tout en l'ouvrant aux autres.
Aujourd'hui, en 1ere S, il fait partie de la tête de classe, il s'est investi dans la musique et joue du piano brillamment au Conservatoire, il a une petite amie, il est posé, responsable et respectueux.
Je ne sais pas ce que sera le reste de sa vie mais elle est sur une bonne voie.
Bats toi pour ton zèbre Eustache, courage.
Amicalement, bises.

_________________
On ne voit bien qu'avec le coeur

Dame Pippilotta Viktualia Rullgardina Krusmynta Efraimsdotter Långstrump dite Brindacier Membre de l'Ordre du Hibou.


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Dim 20 Avr 2014 11:05 
Hors ligne
Micistre de la Pince
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 04 Avr 2009 21:50
Messages: 6958
Localisation: Doubs, en haut à droite...
Merci Mcjm, Tequila et Brindacier pour vos témoignages et soutiens :one:
Merci aussi à ceux qui m'ont contactés par mp ou mail :one:

Je suis un moins disponible pour l'instant (un peu à saturation à vrai dire), veuillez excuser mon temps de latence un peu long pour répondre à vos messages sympas... :group:
Je reviendrai dessus ultérieurement. "spe_pasfrevin"

_________________
Image


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Dim 20 Avr 2014 14:53 
Hors ligne
Vénérable Gourou de l'Ordre de la Pie
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 16 Juil 2011 15:03
Messages: 4734
Localisation: Loir et Cher
je viens de lire, je savais qu'il fallait que j'ai le temps pour me poser sur ce sujet si intéressant
j'ai téléchargé le livret, je vais le faire circuler :one:
merci
espérons que tu arrives à te faire entendre car c’est terrible cette souffrance que tu relates :sad:

_________________
Laurence (la pipelette qui parle et fouille sur le net) et Christophe (qui fouille sur le net et sur le terrain)
Image Image Image Image


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Dim 20 Avr 2014 15:37 
Hors ligne
Micistre de la Pince
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 04 Avr 2009 21:50
Messages: 6958
Localisation: Doubs, en haut à droite...
Cool Laurence ! :one:

Ce serait chouette que plus d’enseignants soient au moins sensibilisés à cette réalité qui les enquiquinent eux seulement un peu, mais qui peut provoquer un réel gâchis pour les enfants non détectés et auxquels on ne prête de l'attention que pour les fustiger... :huh:

Dans notre école on en discute maintenant régulièrement, quand le comportement scolaire atypique d'un enfant nous interpelle (nous dérange plus ou moins intensément). De la petite section au cm2, ils sont tous déjà passés par ma classe, et les regards croisés de toute l'équipe permettent souvent de confirmer une suspicion.
Sans vouloir tomber dans l'excès, nous avons sensibilisé deux familles dont les enfants ont des comportements de "décrocheurs" alors qu'on les sait brillants. L'un d'eux, en ce1, a été testé... et confirmé zèbre. Ça va un peu mieux pour lui car la maîtresse tente de mettre ses aptitudes en avant et commence à accepter qu'il ne fasse pas tous les exercices inutiles. Mais elle a encore du mal à comprendre que le gamin ne soit pas dans les clous pour certaines tâches (ex : une recherche dans le dictionnaire se révèle catastrophique. Zéro mot trouvé sur cinq demandés. Conclusion : il ne sait pas se servir du dictionnaire. Réalité : il a trouvé le premier mot tout de suite, mais il a été attiré par un autre ou par une image et a poursuivi sa recherche perso. Il a feuilleté avidement tout le dico en oubliant l'objet de sa quête initiale. Le temps est passé et il ne répondra pas sur sa copie... de toute façon à quoi bon puisqu'il sait qu'il sait utiliser le dictionnaire. c'est une perte de temps que de le démontrer alors qu'il peut continuer à s'enrichir... Il a fait dix fois plus de recherches que ses copains, mais le tout compte pour zéro !
A méditer... )

Il y a bien sûr un peu plus de deux enfants "suspects" dans notre collimateur (positif !), mais ce n'est pas forcément nécessaire d'interpeller tous les parents, soit parce que les enfants vont apparemment bien, soit parce qu'on attend encore un peu, jusqu'aux environs du cp/ce1...

_________________
Image


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Dim 20 Avr 2014 20:36 
Hors ligne
Prétendant à l'Ordre de la Pie
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 15 Mar 2014 20:49
Messages: 175
Eustache a écrit:
Merci Mcjm, Tequila et Brindacier pour vos témoignages et soutiens :one:
Merci aussi à ceux qui m'ont contactés par mp ou mail :one:

Je suis un moins disponible pour l'instant (un peu à saturation à vrai dire), veuillez excuser mon temps de latence un peu long pour répondre à vos messages sympas... :group:
Je reviendrai dessus ultérieurement. "spe_pasfrevin"


Bon courage...
Saturation : toute excusée ;-)

Citation:
Dans notre école on en discute maintenant régulièrement, quand le comportement scolaire atypique d'un enfant nous interpelle (nous dérange plus ou moins intensément). De la petite section au cm2, ils sont tous déjà passés par ma classe, et les regards croisés de toute l'équipe permettent souvent de confirmer une suspicion.


C'est bien ce genre d'attitude, même génial!!!


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Mar 20 Mai 2014 21:53 
Hors ligne
Micistre de la Pince
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 04 Avr 2009 21:50
Messages: 6958
Localisation: Doubs, en haut à droite...
Un document vidéo qui nous aide à ne pas totalement désespérer...

_________________
Image


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Mer 21 Mai 2014 16:18 
Hors ligne
Prétendant à l'Ordre de la Pie
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 15 Mar 2014 20:49
Messages: 175
Eustache a écrit:



Merci pour ta petite vidéo très intéressante..


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Mer 21 Mai 2014 16:55 
Hors ligne
Micistre de la Pince
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 04 Avr 2009 21:50
Messages: 6958
Localisation: Doubs, en haut à droite...
Saturation toujours... :(

La spirale de l'absentéisme a débuté un peu avant les vacances de printemps. Juste ponctuellement d'abord : les lundis sont particulièrement générateurs de boule au ventre et gobage intensif de sédatif pc dès la veille au soir.
Puis un de ces lundis, juste à l'heure d'aller prendre le bus, angoisse, refus total. Idem quinze jours après. Puis le jeudi et le vendredi...
La veille du retour des vacances, la nuit a été longue en discussions anxieuses et à la recherche du sommeil. Après le petit-déj' impossible d'aller prendre le bus. Idem le vendredi, puis encore le lundi... et rebelote... ça y est la spirale a pris un bon rythme de croisière...

Discussions, psychologue, médecin... état dépressif, prescription de 30 jours d'arrêt de scolarité. Jusqu'à la fin de l'année à peu de choses près...

Essai d'analyse de ce gâchis :
Lorsqu'il a pris connaissance des résultats qui mettaient en évidence son fonctionnement particulier, il a un peu soufflé. Enfin une reconnaissance qui aurait pu permettre de décoller les méchantes étiquettes dont il est affublé depuis des années...
Mais c'était sans compter sur ce foutu comportement "d'âne à œillères" du corps professoral à qui on allait demander (très diplomatiquement - sisi, je sais faire - et poliment) de bien vouloir prendre ces infos en considération, d'essayer de mettre de côté les vieux préjugés dévastateurs pour un regard renouvelé et un peu plus bienveillant si possible.

"Tu ne croyais quand même pas que ça serait aux profs de s'adapter à toi ? Si tu étais intellectuellement précoce tu travaillerais, tu aurais des bonnes notes. Ça se saurait...
Tu n'as rien d'un surdoué, plutôt d'un autiste (coucou les petits bleus ! ;) ).
Et ta mère, qu'est-ce que c'est que cette enseignante qui va contre le système ! ..." (j'avais refusé qu'il fasse une punition à rallonge particulièrement débile assortie de deux heures de colle, pour laquelle Ben avait tenté en vain de justifier qu'il n'était pas fautif !)

Tout ça par un prof d'anglais qui, en fin de 3e en est toujours au book de 4e et auquel mon zèbre souffle régulièrement les mots de vocabulaire qui lui manquent. Et ce prof veut l'aider à progresser en anglais paraît-il...
Mon zèbre a appris quasiment en autodidacte (il y a quelques années, il a acheté une méthode et au bout d'une semaine d'étude pendant ses vacances, il connaissait quasiment toutes les formes verbales et expressions par coeur) et il se débrouille plutôt bien en anglais parlé me semble-t-il... Il est en train de faire pareil avec le néerlandais.

Bref, toujours fustigé par quelques "vieux profs bornés" qui refusent de remettre quoi que ce soit de leurs habitudes en question (avec les plus jeunes, moins confits de certitudes, il n'a pas ces problèmes de dénigrement peu dignes d'un professionnel de l'éducation)...

J'ai arrêté de me battre contre des vieux moulins qui n'évolueront plus. La fin de l'année est bientôt là. On se projette plutôt vers l'avenir, espérant qu'il soit plus encourageant (comme l'évoque Olivier Revol dans le document vidéo plus haut).

Je sais que mon zèbre a les compétences. La démonstration qu'il m'a faite la semaine dernière en maths alors que je pataugeais avec des techniques "classiques" m'a bluffée : en deux temps trois mouvements, il m'a posé une démarche simplissime à la logique implacable (et au résultat juste évidement), mais qui n'était pas celle attendue par la prof.
Combien de fois m'a-t-il rétorqué : "je ne vois pas pourquoi je ferais ça, ça ne sert à rien, il y a plus simple." Embrouillerait-t-on volontairement nos enfants ? <_<

Olivier Revol, relayé par Jean-Daniel Nordmann, les appelle "les enfants sentinelles". Ils sont les premiers à mettre en évidence les dysfonctionnements de l'école. Et en ça, ils sont très embarrassants.

Le lycée où je pense pouvoir l'inscrire semble très ouvert aux parcours individuels. Je vais donc prendre contact prochainement avec le proviseur.


Pour l'instant, c'est plutôt saturation, épuisement, écœurement... :sick:


Edit : j'allais oublier ! :id:
J'ai pris contact avec une association de familles d'enfants zèbres dans mon secteur. J'ai été reçue chaleureusement par une bénévole qui m'a rassurée sur le profil de mon zèbre. Ses rayures sont tout à fait normales ! :D
Nous serons invités à leur prochaine rencontre et pourrons y rencontrer la psychologue "spécialiste" des enfants HP qui leur est attachée. Ils pourront également m'accompagner dans mes démarches auprès du lycée (effectivement à bonne réputation d'ouverture).
Une lueur positive ! :D

"spe_pasfrevin" "spe_pasfrevin"

_________________
Image


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Mer 21 Mai 2014 17:13 
Hors ligne
Membre Majeur de l'Ordre de la Pie
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 22 Avr 2013 17:04
Messages: 907
Localisation: Manche, Seine-Maritime, Var et Réunion
Eustache a écrit:
J'ai pris contact avec une association de familles d'enfants zèbres dans mon secteur. J'ai été reçue chaleureusement par une bénévole qui m'a rassurée sur le profil de mon zèbre. Ses rayures sont tout à fait normales ! :D
Nous serons invités à leur prochaine rencontre et pourrons y rencontrer la psychologue "spécialiste" des enfants HP qui leur est attachée. Ils pourront également m'accompagner dans mes démarches auprès du lycée (effectivement à bonne réputation d'ouverture).
Une lueur positive ! :D

"spe_pasfrevin" "spe_pasfrevin"


:D :D :D :one: :one:

_________________
Image


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Mer 21 Mai 2014 17:26 
Hors ligne
Membre Impérial de l'Ordre de la Pie
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 12 Avr 2009 12:26
Messages: 2917
Eustache a écrit:
Pour l'instant, c'est plutôt saturation, épuisement, écœurement... :sick:
Edit : j'allais oublier ! J'ai pris contact avec une association de familles d'enfants zèbres dans mon secteur. J'ai été reçue chaleureusement par une bénévole qui m'a rassurée sur le profil de mon zèbre. Ses rayures sont tout à fait normales ! .../...Une lueur positive !
Regardons la lueur positive. :whistle:
Bon courage à vous deux .
Et bon anniversaire au zèbre :flowers: à rayures normales. :D

"spe_pasfrevin" "spe_pasfrevin"


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Mer 21 Mai 2014 17:59 
Hors ligne
Micistre de la Pince
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 04 Avr 2009 21:50
Messages: 6958
Localisation: Doubs, en haut à droite...
Merci, je lui transmets :flowers:

_________________
Image


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Mer 21 Mai 2014 21:44 
Hors ligne
Vénérable Gourou de l'Ordre de la Pie
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 16 Juil 2011 15:03
Messages: 4734
Localisation: Loir et Cher
alors prends ce bout de lumière qui s'offre à vous
essaye de te concentrer dessus pour oublier tout le reste :smack:

_________________
Laurence (la pipelette qui parle et fouille sur le net) et Christophe (qui fouille sur le net et sur le terrain)
Image Image Image Image


Dernière édition par duboscq le Jeu 22 Mai 2014 00:34, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Jeu 22 Mai 2014 00:09 
Hors ligne
Membre de l'Ordre de la Pie

Inscription: Dim 18 Sep 2011 00:21
Messages: 537
Localisation: cassel
Bonsoir "spe_pasfrevin"

Mon zèbre à moi, testé à 147... diagnostiqué à 6 ans.... Maintenant 20 ans, toujours scolarisé mais dur, dur.... Toujours des problèmes de méthodes, de rigueur ... Il sait mais... comment il le sait, il ne le sait pas... Je ne sais pas non plus vers quoi il se dirige ni si il y parviendra car ce n'est vraiment pas facile avec ce "handicap"... Alors on se dit que l'on verra bien... Un jour à la fois... Ce qu'il deviendra peu importe finalement ...du moment qu'il soit heureux... J'essaie uniquement de l'accompagner dans ce sens et de l'aider à relativiser... Donc je reprends: Mon zèbre à moi salue ton zèbre à toi et l'encourage à profiter de la vie...
Bisou :flowers:

_________________
ImageImage
CLENNF

L'on est heureux de pouvoir servir...


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Jeu 22 Mai 2014 08:25 
Hors ligne
Micistre de la Pince
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 04 Avr 2009 21:50
Messages: 6958
Localisation: Doubs, en haut à droite...
clennf a écrit:
Bonsoir "spe_pasfrevin"

Mon zèbre à moi, testé à 147... diagnostiqué à 6 ans.... Maintenant 20 ans, toujours scolarisé mais dur, dur.... Toujours des problèmes de méthodes, de rigueur ... Il sait mais... comment il le sait, il ne le sait pas... Je ne sais pas non plus vers quoi il se dirige ni si il y parviendra car ce n'est vraiment pas facile avec ce "handicap"... Alors on se dit que l'on verra bien... Un jour à la fois... Ce qu'il deviendra peu importe finalement ...du moment qu'il soit heureux... J'essaie uniquement de l'accompagner dans ce sens et de l'aider à relativiser... Donc je reprends: Mon zèbre à moi salue ton zèbre à toi et l'encourage à profiter de la vie...
Bisou :flowers:
Merci Clennf :flowers:

Oui, tu as raison : du moment qu'il soit heureux ! :one:

A travers les témoignages que j'ai eus en privé, les zèbres devenus grands concluent souvent en disant que même s'ils n'ont pas forcément pu accomplir que qu'ils auraient aimé, ils "s'en sont sortis" et ne regrettent rien. Le sentiment malgré tout d'avoir traversé un monde étranger au leur, mais dans lequel ils ont mis en place des stratégies d'adaptation (sans doute bien frustrantes quand on ne comprend pas pourquoi ce décalage).

Le dernier document que j'ai consulté (JD Nordmann) faisait état de 5 % de la population, soit deux fois plus que ce qui est avancé par d'autres chiffres "officiels". Vu le nombre de repérages, suspicions et aveux que j'ai dénombrés dans mon entourage, je pencherais plutôt pour ce vingtième... c'est énorme et c'est malgré tout hors norme...

Il faut continuer à sensibiliser les écoles en particulier (plus tôt ils sont repérés et compris, mieux c'est pour eux) , les collèges et lycées...

Bonne journée à tous les zèbres, à tous les petits bleus, et à leurs proches... A tous les autres aussi ! ;)

"spe_pasfrevin"

_________________
Image


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Jeu 22 Mai 2014 17:11 
Hors ligne
Prétendant à l'Ordre de la Pie
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 15 Mar 2014 20:49
Messages: 175
je trouve que ce genre de paroles dites a ton fils sont tout de même aberrant!!!
C'est impressionnant ces préjugés des que les enfants ne sont pas dans le moule!
Bon courage, j'espère que l'an prochain ça ira mieux


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Lun 26 Mai 2014 13:25 
Hors ligne
Micistre de la Pince
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 04 Avr 2009 21:50
Messages: 6958
Localisation: Doubs, en haut à droite...
Chouette, du nouveau ! :'OO':

Je viens d'être contactée par l'assistante sociale attachée au collège.
L'absentéisme de mon zèbre a d'ores et déjà été signalé à l'académie. Ce que je trouve extraordinaire, c'est que le collège n'a jamais cherché à me contacter, à me rencontrer pour savoir de quoi il retournait. Je me demandais s'ils allaient enfin réagir et leur silence faisait grandir mon écœurement. La réponse au dernier message que j'ai envoyé à la principale pour signaler l'arrêt maladie et sa cause, avait été très laconique...

L'AS a été très à l'écoute de ce que j'avais à lui exposer et qu'elle ne connaissait pas (fonctionnement des zèbres et attitude de l'équipe enseignante en général, mépris et dénigrement de la part de certains profs, etc.). Elle en a été choquée et confirme la gravité de la situation. Elle m'a assuré qu'elle allait ainsi pouvoir "défendre" l'absentéisme de mon zèbre, mais aussi servir de relais entre l'école et la famille, faire (enfin) passer les infos que j'avais mises à leur disposition en mars (je viens de lui envoyer).
Si j'avais su, moi qui cherchais en vain un interlocuteur au sein de l'EN... je n'ai pas pensé un instant à l'AS... qui cependant était déjà intervenue pour une info auprès des collégiens quand j'ai signalé les problèmes de harcèlement. Mais ça je ne pouvais pas le savoir puisque je n'ai jamais eu aucun retour de la part de la principale... du coup j'avais renoncé à tenter de discuter avec eux... ah, le manque de communication ! <_<

Nous rencontrons l'As en fin de semaine à la maison.

"spe_pasfrevin"

_________________
Image


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Lun 26 Mai 2014 14:00 
Hors ligne
Membre Impérial de l'Ordre de la Pie
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 12 Avr 2009 12:26
Messages: 2917
L'histoire que tu racontes (et qui ne doit pas être unique) est tout de même incroyable!

Quel gâchis!

Bon courage.
"spe_pasfrevin" "spe_pasfrevin"


Haut
 Profil  
 

Re: J'ai un zèbre à la maison... [échange d'expérience]
MessagePosté: Lun 26 Mai 2014 15:17 
Hors ligne
Prétendant à l'Ordre de la Pie
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 15 Mar 2014 20:49
Messages: 175
Oui Eustache le manque de communication peut prendre des proportions énorme, j'en sais quelque chose. Je suis ravie pour ton fils de cette nouvelle tournure, bon courage!!!!!


Haut
 Profil  
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 85 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à: